Crâne
Massif, convexe dans le sens antéro postérieur et transversal par les reliefs des muscles masticateurs et de la nuque.

Guenle
De la même largeur que le crâne, c'est -à-dire que la ligne qui unit les deux apophyses des orbites du front soit à égale distance de l'occiput et du bord alvéolaire du maxillaire supérieur.

(Nous avons séparé crâne et gueule, mais les deux constituet dans leur ensemble la "tête" du dogue, qui est typique et, comme nous avons déjà expliqué au cours de cet ouvrage, appartient au type "mesocéphalique" et doit avoir un profil convexe-concave, c'est-à-dire, le crâne convexe par le relief de l'insertion des muscles masticateurs, classique du crâne du chien de prise, type "masticateur" et la gueule ou museau légèrement concave jusqu'en haut, propre au chien de grand flair c'est-à-dire qu'il a une interaction fonctionnelle: le ventear haut. Les arcs zygomatiques bien séparés du crâne, avec une fosse temporale large, pour une insertion facile du muscle temporal, un des principaux masticateurs).

Maxillaires
Bien adaptés, sans prognatisme, forts, avec des dents bien implantées et grandes.

(Le nombre de molaires n'a pas d'importance, l'homogénéité des arcades dentaires, l'absence de caries, étant le plus important, qu'il n'y ait pas de prognatisme, ni supérieur ni inférieur et en particulier que les 4 crocs, grands et propres, se croisent parfaitement au moment de mordre).

Yeux
Sombres ou couleur noisette. Recouverts par des paupières aux bords noirs ou clairs, la séparation entre elles doit être grande, le regard vif et intelligent mais avec en même temps une dureté marqueé.

(Les yeux clairs ou les paupières rouges enlèvent des points).

La différence de couleur - zarcos - est signe de disqualification.

 

Nez
Fortement pigmenté de noir, avec un léger stop à l'extrêmité, les fosses nasales bien larges.

(Le nez blanc ou taché de blanc, enlève des points. Le nez partagé ou le bec de lièvre est cause de disqualification).

 

Oreilles
Sur le haut de la tête, droites ou semi-droites, de forme triangulaire, doiyent toujours se présenter coupées.
(Le juge ne doit pas juger un dogue avec des oreilles larges, car il doit l'éliminer. Pour la femelle, on peut accepter les oreilles coupées un peu plus larges comme le Grand Danois. Le mâle est préférable avec les oreilles un peu plus courtes. Le dogue d'Argentine est un chien de prise, c'est-à-dire de lutte, et les oreilles larges permettent une prise facile et très douleureuse. De plus, des raisons d'esthétique rendent nécessaire la coupe des oreilles)

Lèvres
Bien retroussées, tendues, avec les bords libres, tachées de noir.

(On exige une lèvre courte, parce, quand le chien fait une prise, il puisse respirer aussi par la comisure labiale postérieure, car si la lèvre est pendante, mème si le maxillaire est assez large, il se forme une valvule dans l'inspiration et ferme la comissure des lèvres, ce qui empêche l'animal de faire une respiration supplémentaire par les comissures labiales, durant la prise, en tenant un lieu de làcher par asphyxie, comme il se produit dans les races à lèvres pendantes).

 

Occiput
Il ne doit pas faire de relief, car les muscles puissants de la nuque le cachent complètement, l'insertion de la gueule et du cou ètant en forme d'arc.

(Il se confond avec la ligne courbe de la convexité du crâne).

 

Cou
Gros, arqué, svelte, avec la peau de la gorge très grasse, faisant des rides comme celles du mâtin, Dogue de Bordeaux, Bulldog et non tendu comme celui du Bullterrier.

(Cette élasticité de la peau du cou se doit à ce que le tissu cellulaire de cette partie est très lâche, permettant à la peau du cou de glisser sur l'aponévrose superficielle, de manière à ce que le croc ou la griffe de l'adversaire attrape seulement le cuir, et quand c'est un puma, par exemple, qui essaye de le tenir par le cou, comme la peau est élastique et s'étire beaucoup, cela lui permet de faire prise à son tour.

Poitrail
Large, profond, donnant l'impression d'avoir un grand poumon. Vu de face, le sternum doit retenir les épaules jusqu'en bas.

(Le dogue d'Argentine étant un animal de travail et de lute, il est clair de mettre en évidence l'importance d'un poitrail profond, par l'importance que tient la respiration du chien).

 

Epaule
Haute, très forte. De grands reliefs musculaires.

 

Thorax
Large, vu de còté, son bord inférieur dépasse les épaules.

Mains
Droites, bien équilibrées, avec les doigts courts et bien unis.

(La largueur des doigts doit garder la proportion avec la main et avoir des coussinets bien charnus de peau grasse et très rugueuse au toucher, avec des calosités qui lui permettent de courir beaucoup sur un terrain mauvais et rocailleux, sans être gêné).

 

Rein
Effacé par les muscles du dos.

 

Pattes
Cuisses très musclèes, avec l'extrêmité courte et des doigts bien serrés, sans doigt irrégulier.

(Avec une bonne angulation en se rappelant toujours que ce sont les piliers propulseurs de la rapidité et le soutien dans la lutte corps à corps; il faudra toujours insister sur la force des muscles. Le doigt irrégulier si facile à faire disparaître dans les premiers mois, enlève des points comme trait récessif même chez le dogue des Pyrénées, mais ce n'est pas un motif de disqualification).

Queue
Large et grosse, mais sans dépasser les corvejones, naturallement tombante. Durant la lutte elle reste levée, dans un mouvement continu latéral, comme lorsqu'il fait fête à son maître.

(On doit bien se rappeler que la queue constitue une aide importante, aussi bien dans le changement de direction de la route, dans le sens qu'elle agit à la facon d'un gouvernail, en action compensatrice, que dans la lutte, où elle agit comme soutien ou point d'appui, aidant dans le travail des parties postérieures).

 

Hauteur
De 60 a 65 centimètres.


 

 

(Aussi bien dans la hauteur que dans le poids, le juge doit être inflexible, le dogue ètant un chien de lutte, parmi les chiens de chasse, la diminution de la taille lui enlève son efficacité. Tout dogue adulte, qu'il soit mâle ou femelle, qui mesure moins de 60 cm, doit être disqualifié, en choisissant, parmi plusieurs bon exemples, celui de la plus haute taille. Le créateur de la race a enseigné que le dogue d'Argentine est un normotype et dans celui-ci un macrotálico, c'est-à-dire qu'il doit y avoir une harmonie dans la proportion, que du point de vue fonctionnel, c'est une eurythmie ou une corrélation normale organique qui se traduit par une plus grande capacité de force, c'est pourquoi on doit rechercher celui de plus haute taille et poids, sans aller imaginer le gigantisme).

Poids
De 40 à 45 kg.

Robe
Complètement blanche. Tout poil de toute autre couleur doit se disqualifier comme caractère atavique.

(Les chiens blancs avec la peau pigmentée de noir doivent être considérés comme inaptes pour l'élevage, par le caractère récessif qu'ils présentent et qui peut devenir prédominant chez les petits s'ils s'accouplent avec d'autres qui ont ce défut. Les petites taches sur la gueule ne sont pas un motif de disqualification, mais entre deux chiens similaires, on doit choisir celui qui est complètement blanc. Par contre, toute tache sur le corps, doit être motif de disqualification).

MOTIFS DE DISQUALIFICATION
Les yeux zarcos, la surdité, des taches sur le corps, le poil long, le museau blanc ou taché de blanc, un prognatisme (qu'il soit inférieur ou supérieur), la lèvre trés pendante, la gueule agalgada, les oreilles larges (sans coupe), la taille inférieure à 60 cm, plus d'une tache sur la gueule et toute disproportion physique. Le doigt irrégulier lui enlève des points, sans aller jusqu'à la disqualification.

ANEXE - STANDARD DOGUE ARGENTIN
VENTEAR: Beaucoup de flair (le Dogue doit quêter c'est-à-dire flairer au vent).
ZARCOS: Yeux vairons (le bleu, yeux de couleur non identique).
CORVEJONES: Jarrets.
MACROTALICO: Grande taille
AGALGADA: Tête allongée comme un lévrier.